Communiqué de SUDCT33 concernant l’organisation de la poursuite de l’activité et des services aux populations de Gironde


L’évolution de l’épidémie de coronavirus met en évidence l’échec d’un système qui vise à réduire drastiquement les moyens pour le service public en général et l’hôpital en particulier.
C’est la faillite d’un système qui se veut rationnel, responsable mais qui, à l’épreuve des faits, démontre son inefficacité et sa profonde opposition à l’intérêt général.

Et s’il y a inquiétude aujourd’hui du côté du gouvernement, des dominants, c’est parce que eux aussi peuvent l’attraper ce virus !
Et surtout, ils craignent la faillite totale de leur système par la mise à bat de leur économie et de leur finance.

Aujourd’hui le risque avéré de forte mortalité n’est pas à mettre sur le compte de la maladie elle-même mais sur le fait que notre système de soin, tellement amputé et rationnalisé pour des questions idéologiques, ne puisse pas faire face et prendre en charge l’ensemble des malades atteints gravement.

Pour rappel en 2018, c’est 4700 lits qui ont été supprimés alors qu’aujourd’hui en France, nous n’avons plus que 5000 places en réanimation.
Et ce qui est insupportable, c’est cette calinothérapie de Macron, de son gouvernement, des médias vis à vis des personnels soignants, de leur héroïsme !

Cela relève du cynisme quand on sait que ces déclarations ne sont pas doublées de moyens à la hauteur des besoins : pas de recrutement de médecins, d’infirmières, d’aides-soignants d’ASH, pas de réouverture immédiate de milliers de lits… alors que ces mêmes héros de la nation sont en grève depuis plus d’un an pour dénoncer la situation chaotique de l’hôpital public… Il y a encore peu, ils les remerciaient à coup de matraque et de gaz lacrymogène.
La période que nous vivons, comme toute crise, met en évidence que le service public constitue toujours le fondement d’une société humaine et solidaire.

Il est le dernier rempart garantissant l’intérêt général, la cohésion sociale, la sureté des personnes. C’est à lui qu’on confie le rôle de prendre soin !

Et nous, agents publics sommes les derniers du salariat à rester en première ligne.

Derrière l’urgence sanitaire exercée par nos collègues hospitaliers, nous, territoriaux, par l’entretien des infrastructures, des lieux d’accueils et de l’action sociale et médico-sociale, nous continuons à prendre notre part !

Malgré le contexte angoissant de l’épidémie, à SUDCT33, nous réaffirmons avec force la nécessité de maintenir un service pour ne pas abandonner les populations.

A un degré certes bien moins impliquant, nous devons poursuivre ,nos missions de protection de l’enfance, de soutien à la détresse, et de réponse aux besoins de subsistance d’une population encore plus fragilisée.

Depuis plus d’une semaine, au gré de l’évolution quotidienne de l’épidémie, nous portons des propositions auprès des DGS et hiérarchies.
Il n’est pas question que les collègues interviennent au pied levé, sur ordre, de chez elles(eux), seules(seul), de manière isolée, sans appui d’une équipe pluridisciplinaire.
Un planning doit être élaboré en équipe avec un tableau de présence journalière avec rotations en tenant compte des personnels dispensés.
Voici ce que nous avons porté auprès de l’administration.
Mais sans attendre les consignes, d’autant que souvent elles sont soit inexistantes, soit confuses, nous appelons l’ensemble des collègues à s’auto-organiser.
Là où ça c’est fait, ça marche.

De notre côté, nous sommes toujours là, joignables, mobilisés et mobilisable pour nous assurer que la protection de nos collègues est garantie et que les populations soient prises en compte.
Aujourd’hui, nous sommes en période de crise inédite.
Respectons les consignes sanitaires, protégeons-nous, protégeons nos proches, soutenons les collègues mobilisées… mais ensuite, lorsque tout cela sera terminé… nous ferons collectivement le bilan et les choses devront changer.
Ok

Please follow and like us:

LES BRÈVES JURIDIQUES DE CÉCILE 2019

ANNEE 2019

BREVES N°42/2019     BREVES N°41/2019       BREVES N°40/2019

BREVES N°39/2019      BREVES N°38/2019     BREVES N°37/2019

BREVES N°36/2019      BREVES N°35/2019     BREVES N°34/2019

BREVES N°33/2019      BREVES N°32/2019      BREVES N°31/2019

BREVES N°30/2019     BREVES N°29/2019     BREVES N°28/2019

BREVES N°27/2019     BREVES N°26/2019      BREVES N°25/2019

BREVES N°24/2019    BREVES N°23/2019      BREVES N°22/2019

BREVES N°21/2019    BREVES N°20/2019      BREVES N°19/2019

BREVES N°18/2019    BREVES N°17/2019      BREVES N°16/2019

BREVES N°15/2019     BREVES N°14/2019     BREVES N°13/2019

BREVES N°12/2019    BREVES N°11/2019       BREVES N°10/2019

BREVES N°9/2019

BREVES N°8/2019    BREVES N°7/2019   BREVES N°6/2019

BREVES N°5/2019     BREVES n°4/2019   BREVES n°3/2019 

 BREVES n°2/2019           BREVES n°1/2019

Please follow and like us:

LES BRÈVES JURIDIQUES DE CÉCILE 2018

ANNEE 2018

BREVES n°37

BREVESn°36

BREVES n°35

BREVES n°34  

BREVES n°33

BREVES n°32

BREVES N°31

BREVES n°30 

BREVES n°29

BREVES n°28

BREVES n°27

BREVES n°26

BREVES n°25

BREVES n°24

BREVES n°23

BREVES n°22

BREVES n°21 

BREVES n°20 

BREVES n°19

BREVES n°18

BREVES n°17

BREVES n°16

BREVES n°15

BREVES n°14

BREVES n°13

BREVES N°12

BREVES n°11

BREVES N°10

BREVES n°9

BREVES N°8

BREVES n°7

BREVES n°6

BREVES n°5

BREVES n°4

BREVES n°3

BREVES n°2

BREVES n°1

MAJ 23 10 18,

BREVES n°32

BREVES N°31

BREVES n°30 

BREVES n°29

BREVES n°28

BREVES n°27

BREVES n°26

BREVES n°25

BREVES n°24

BREVES n°23

BREVES n°22

BREVES n°21 

BREVES n°20 

BREVES n°19

BREVES n°18

BREVES n°17

BREVES n°16

BREVES n°15

BREVES n°14

BREVES n°13

BREVES N°12

BREVES n°11

BREVES N°10

BREVES n°9

BREVES N°8

BREVES n°7

BREVES n°6

BREVES n°5

BREVES n°4

BREVES n°3

BREVES n°2

BREVES n°1

Please follow and like us:

Mobilisation 22 Mars 2018

preavis_greve_22_mars_18

Toutes et tous mobilisés le 22 marsDocument1
Pour les missions publiques, l’emploi, le pouvoir d’achat
En dépit de la forte mobilisation unitaire du 10 octobre, plus les semaines passent, plus il se confirme que le Président de la République et le gouvernement demeurent sourds aux légitimes revendications portées par les agents à l’occasion de cette mobilisation.
Le gel de la valeur du point est maintenu, le jour de carence rétabli, l’injuste hausse de la CSG mal compensée, les coupes budgétaires et suppressions d’emplois confirmées. De nouveaux projets viennent encore noircir un tableau pourtant déjà bien sombre.
Tout laisse craindre en effet que CAP 22 ne s’avère être qu’une opération visant à habiller de profondes remises en cause des missions publiques, ce que confirment les annonces inacceptables faites le 1er février qui, si elles sont appliquées, constitueraient à la fois une menace grave contre le Statut Général et tou.te.s les agent.e.s.
Ces politiques vont venir fortement aggraver une situation où déjà, que ce soit dans les administrations de l’État, dans les hôpitaux publics et dans les collectivités territoriales, on ne compte plus les services fonctionnant dans des conditions dramatiques, sans les moyens nécessaires – qu’ils soient humains ou budgétaires – et dans lesquels les conditions de travail sont détériorées comme jamais.
                                                    IL EST IMPÉRATIF ET URGENT DE CHANGER DE DIRECTION
Parce que la Fonction publique est garante de l’intérêt général au service de la cohésion sociale, parce que les moyens existent pour mettre en œuvre des orientations de progrès social pour tous, les organisations syndicales CFTC CGC CGT FAFP FO FSU Solidaires, constatant que leurs positions ne sont pas entendues et que leurs propositions ne sont pas prises en compte, appellent tou.te.s les agent.e.s des trois versants de la Fonction publique à :
                                         JOURNÉE D’ACTION, DE GREVE ET MANIFESTATIONS LE 22 MARS 2018
Pour :
-Une négociation salariale immédiate pour le dégel de la valeur du point d’indice, le rattrapage des pertes subies et l’augmentation du pouvoir d’achat ;
-L’arrêt des suppressions d’emplois et les créations statutaires dans les nombreux services qui en ont besoin et non un plan destiné à accompagner de nouvelles et massives suppressions ;
-Un nouveau plan de titularisation des contractuel.le.s, de nouvelles mesures pour combattre la précarité et non pour favoriser son extension comme le préconise le gouvernement ;
-Des dispositions exigeantes pour faire respecter l’égalité professionnelle ;
-L’abrogation du jour de carence ;
-La défense et la pérennisation du système de retraite par répartition et des régimes particuliers.
D’ores et déjà, nos organisations soutiennent toutes les mobilisations qui, dans les trois versants de la Fonction publique, défendent les services publics accessibles à toutes et tous et les conditions de travail, en appelant à leur convergence.
Pour contribuer à la réussite de cette journée, elles engagent une campagne d’information et d’alerte des personnels, notamment sous la forme d’une pétition unitaire.
Please follow and like us: