Droit de retrait COVID-19

Dans le cadre de son travail, toute personne qui pense être face à une situation de danger grave et imminent pour sa santé peut se retirer de celle-ci, après en avoir averti son employeur.

Cela s’appelle le droit de retrait. Celle ou celui qui le met en œuvre n’a pas à prouver l’existence de ce danger puisqu’elle doit seulement avoir un motif raisonnable de penser que ce danger existe, en fonction de ses connaissances et de son jugement. Dans une circulaire de la direction générale du travail du 25 mars 1993, il est précisé que le danger grave est un danger susceptible de produire un accident ou une maladie entraînant la mort ou paraissant devoir entraîner une incapacité permanente ou temporaire prolongée.

La notion de danger grave est à distinguer du simple danger qui est inhérent à l’activité du salarié. C’est seulement en cas de danger anormal, compte tenu du type d’activité exercée, que le salarié-e pourra se retirer.

Liens utiles :

Tout pour agir sur les conditions de travail sur le site de Solidaires
http://la-petite-boite-a-outils.org/

https://solidaires.org/LE-COVID-19-Quelques-reponses-aux-questions-des-salarie-es-du-prive

https://solidaires.org/Nouveaux-visuels-Solidaires-19600

https://solidaires.org/Communique-intersyndical-du-16-mars-2020

https://solidaires.org/COVID-19-pour-pouvoir-etre-soignes-prenons-soin-des-personnels

https://solidaires.org/Coronavirus-Reunion-du-16-mars-2020-avec-Olivier-Dussopt

https://solidaires.org/Corona-virus-Pour-SUD-PTT-la-securite-des-personnels-avant-les-profits

https://solidaires.org/Salubrite-publique-en-periode-d-epidemie-une-urgence-humaine-et-sanitaire

Informations , un seul endroit

La période est très difficile, vous ne savez pas ou trouvez les dernières informations , c’est pourquoi nous mettons à votre disposition un tableau de surveillance des différents sites du gouvernement de la presse et etc… il est ici

LES BRÈVES JURIDIQUES DE CÉCILE 2019

ANNEE 2019

BREVES N°42/2019     BREVES N°41/2019       BREVES N°40/2019

BREVES N°39/2019      BREVES N°38/2019     BREVES N°37/2019

BREVES N°36/2019      BREVES N°35/2019     BREVES N°34/2019

BREVES N°33/2019      BREVES N°32/2019      BREVES N°31/2019

BREVES N°30/2019     BREVES N°29/2019     BREVES N°28/2019

BREVES N°27/2019     BREVES N°26/2019      BREVES N°25/2019

BREVES N°24/2019    BREVES N°23/2019      BREVES N°22/2019

BREVES N°21/2019    BREVES N°20/2019      BREVES N°19/2019

BREVES N°18/2019    BREVES N°17/2019      BREVES N°16/2019

BREVES N°15/2019     BREVES N°14/2019     BREVES N°13/2019

BREVES N°12/2019    BREVES N°11/2019       BREVES N°10/2019

BREVES N°9/2019

BREVES N°8/2019    BREVES N°7/2019   BREVES N°6/2019

BREVES N°5/2019     BREVES n°4/2019   BREVES n°3/2019 

 BREVES n°2/2019           BREVES n°1/2019

LES BRÈVES JURIDIQUES DE CÉCILE 2018

ANNEE 2018

BREVES n°37

BREVESn°36

BREVES n°35

BREVES n°34  

BREVES n°33

BREVES n°32

BREVES N°31

BREVES n°30 

BREVES n°29

BREVES n°28

BREVES n°27

BREVES n°26

BREVES n°25

BREVES n°24

BREVES n°23

BREVES n°22

BREVES n°21 

BREVES n°20 

BREVES n°19

BREVES n°18

BREVES n°17

BREVES n°16

BREVES n°15

BREVES n°14

BREVES n°13

BREVES N°12

BREVES n°11

BREVES N°10

BREVES n°9

BREVES N°8

BREVES n°7

BREVES n°6

BREVES n°5

BREVES n°4

BREVES n°3

BREVES n°2

BREVES n°1

MAJ 23 10 18,

BREVES n°32

BREVES N°31

BREVES n°30 

BREVES n°29

BREVES n°28

BREVES n°27

BREVES n°26

BREVES n°25

BREVES n°24

BREVES n°23

BREVES n°22

BREVES n°21 

BREVES n°20 

BREVES n°19

BREVES n°18

BREVES n°17

BREVES n°16

BREVES n°15

BREVES n°14

BREVES n°13

BREVES N°12

BREVES n°11

BREVES N°10

BREVES n°9

BREVES N°8

BREVES n°7

BREVES n°6

BREVES n°5

BREVES n°4

BREVES n°3

BREVES n°2

BREVES n°1