SUD CT 33
Préavis de grève octobre 2022

Objet : préavis de grève national reconductible le 1er octobre 2022

Monsieur le Ministre,

Parce que la Fonction publique est garante de l’intérêt général au service de la cohésion sociale, parce que les moyens existent pour mettre en œuvre des orientations de progrès social pour toutes et tous, le syndicat SUD Collectivité Territoriales, constatant que nos positions ne sont pas entendues et que nos propositions ne sont pas prises en compte, appelle toutes et tous les agent-es de la Fonction Publique Territoriale à des journées de mobilisation le 1er octobre 2022.

Ce mouvement s’inscrit dans le légitime combat contre les réformes menées par votre gouvernement concernant l’ensemble de la Fonction Publique. Ces réformes sont des attaques contre un service public de qualité et égalitaire, elles affaiblissent la démocratie de proximité, l’égalité de traitement de tou.te.s les citoyen.ne.s et ainsi portent atteinte aux conditions de travail et d’emploi des agent-es.

Ce préavis s’inscrit aussi dans une volonté de porter les revendications populaires pour le partage des richesses, la justice sociale et fiscale, la lutte contre la fracture territoriale induite par vos logiques de rentabilité et de marchandisation de nos services publics.

C’est pourquoi la Fédération SUD Collectivités Territoriales dépose un préavis de grève le 1er octobre 2022 à partir de de 00h1 (ce préavis comprend la nuitée en amont de cette journée pour les personnels travaillant en horaires décalés). Il concerne tou.te.s les agent-es titulaires et non titulaires des collectivités territoriales et de leurs établissements publics.

Pour :
• Une négociation salariale immédiate pour le dégel de la valeur du point d’indice, le rattrapage des pertes subies et l’augmentation du pouvoir d’achat soit 300 € d’augmentation immédiate pour toutes et tous, le point d’indice à 5 € et le traitement de base à 2000 € net ;
• L’arrêt des suppressions d’emplois et les créations statutaires dans les nombreux services qui en ont besoin et non un plan destiné à accompagner de nouvelles et massives suppressions ;
• Un nouveau plan de titularisation des contractuel.les, de nouvelles mesures pour combattre la précarité et non pour favoriser son extension comme le préconise le gouvernement ;
• Des dispositions exigeantes pour faire respecter l’égalité professionnelle ;
• L’abrogation définitive du jour de carence ;
• Retrait du projet actuel de réforme des retraites ce qui induit la défense et la pérennisation du système de retraite par répartition et des régimes particuliers ;
• Retrait du projet de loi « transformation de la Fonction Publique » ;
• L’arrêt du projet gouvernemental CAP 22 ;
• L’embauche de personnel pour assurer un service public de qualité ;
• L’arrêt des méthodes d’encadrement mettant en souffrance les personnels et l’amélioration des conditions de travail ;
• La réduction du temps de travail à 32h vers les 28h par semaine, sans perte de rémunération ;
• Le droit inconditionnel au temps partiel choisi ;
• L’application du droit syndical.

De plus, dans le cadre de l’épidémie du COVID 19 et de ses conséquences :
• Que les agent-es vulnérables aient un vrai choix de travailler en présentiel ou à distance avec un strict respect des mesures de protection ;
• Que les agent-es bénéficient de tous les moyens de protection nécessaires quels que soient les secteurs jusqu’à la fin de l’épidémie ;
• Que les agent-es ne subissent aucune pression lorsqu’ils-elles s’estiment en danger grave et imminent et légitimes à faire valoir leur droit de retrait ;
• Que les agent-es vulnérables bénéficient des autorisations d’absence sans conséquence sur les traitements, les primes mais également sur les jours de RTT ;
• Que les conditions de télétravail pour les agent-es correspondent à celles du décret toujours en vigueur régissant le télétravail dans la fonction publique notamment en matière de matériel et d’assurance ;
• Que l’ensemble des services publics soient accessibles librement et sans condition.

Veuillez agréer, madame la Ministre, l’expression de nos salutations distinguées.

La Secrétaire Fédérale
Sylvie Assailly-Brizio

Préavis de grève national le 30 juin 2022- dans les métiers de l’animation et de l’éducation de la FPT

M. Stanislas Guérini
Ministre de la transformation et de
la fonction publique
101, rue de grenelle
75007 Paris

Objet : Préavis de grève national le 30 juin 2022- dans les métiers de l’animation et de l’éducation de la Fonction Publique Territoriale

Monsieur le Ministre,

La crise sanitaire du COVID 19 a particulièrement mis en évidence que les agent.es publics étaient indispensables au bon fonctionnement de la société. Le COVID 19 a en effet mis en exergue des tensions très fortes dans certains secteurs de nos services publics, du fait de l’absence de moyens pour fonctionner, d’une très grande précarité du personnel et de salaires trop faibles.

Depuis très longtemps, le secteur de l’animation et de l’éducation est sujet à de nombreux maux : taux de précarité trés élevé, temps partiels imposés, rémunérations faibles, journées de travail fortement discontinues, absence de déroulement de carrière et de formation, assouplissement des taux d’encadrement dégradant la prise en charge éducative et les conditions de travail…

C’est pourquoi la Fédération SUD Collectivités Territoriales dépose un préavis de grève le 30 juin 2022 à partir de 00h01 (ce préavis comprend la nuitée en amont de cette journée pour les personnels travaillant en horaires décalés). Il concerne tous.tes les agent.es titulaires, non titulaires et vacataires des collectivités territoriales et de leurs établissements publics relevant des métiers d’animateur·rices de loisirs, de quartier, d’EHPAD…, Agent.es Spécialisé.es d’Ecoles Maternelles ASEM, Responsable d’animation loisirs (REL) et AVS périscolaire.

Pour :
• une négociation salariale immédiate pour le dégel de la valeur du point d’indice, le rattrapage des pertes subies et l’augmentation du pouvoir d’achat soit 400 € d’augmentation immédiate pour toutes et tous, le point d’indice à 5 € et le traitement de base à 2000 € net,

• la titularisation de tou.tes les animateurs/trices du public et de véritables CDI pour ceux du privé, qui répondent à des besoins permanents pour un taux d‘emploi qui prenne en compte les temps de préparations et de réunions,

• la fin des temps partiels imposés,

• le retour à des taux d’encadrement non dérogatoires compatibles avec une qualité pédagogique sur le périscolaire,

• une véritable campagne de professionnalisation des animateurs sur tout le territoire dans le respect des qualifications,

• le passage en catégorie B, par la voie du concours, de l’examen professionnel ou encore de la promotion interne de tou.tes les agent.es de la fonction publique qui assument des missions de direction et/ou d’encadrement ainsi que la création d’une catégorie A dans la filière animation,

• des moyens humains et pédagogiques suffisants nous permettant de remplir nos missions dans l’intérêt des enfants que nous accueillons.

Ces mesures passent par la fin de l’asphyxie de nos services publics, et donc, la remise en cause des politiques d’austérité pour un véritable service public de l’enfance et de l’éducation.

Veuillez agréer, monsieur le Ministre, l’expression de nos salutations distinguées.

Follow by Email